Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Béatrice EL BEZE - BLOG  - Victime de méthodes criminelles monstrueuses (voir l'affaire) dont Assassinat progressif ("slow kill") en cours par Torture Electronique (=brulée vive par micro ondes)  via le suppôt du lobby judéonazisioniste Nicolas SARKOZY, actif dans l'ombre, réélu ou pas...

Poème : Dialogue avec... ou A coeur ouvert.. (poèmes protégés à la SGDL/ avr 2014 / Beatrice EL BEZE)

22 Avril 2014 , Rédigé par Béatrice EL BEZE Publié dans #Mes poèmes (protégés à la SGDL- beatrice EL BEZE)

...


Dialogue avec... ou A coeur ouvert ..



Ah! mon Dieu tu es là, je te sais je te sens,
Dans chacune de mes joies, chacun de mes tourments,
Et tu deviens plus proche à mesure que je souffre,
J'entends presque ta voix, je sens presque ton souffle...

Comment le dire à ceux qui ne te voyant point,
Dans un geste rageur, t'écartent de la main,
Quand tu es là dans tout et sous leur propres yeux !
Et dans l'air qu'ils respirent et en chacun d'entre eux...

Oh! vois les qui te cherchent et ne te trouvent pas,
Se mettre à faire l'âne ! et se prendre pour Toi,
Quand la bête innocente qui n'a rien demandé
Est plus proche de Toi qu'ils ne seront jamais...

Il est là l'ignorant qui dit "Mais où est-il?
Ce Dieu que l'on me vend, qu'on me laisse tranquille!
Il n'est pas mais je suis, ça je peux le prouver!"...
Pourtant qu'en serait- il mon Dieu si tu n'étais ?... .

Point de vie, point de monde et plus rien à comprendre,
Mais les esprits qui doutent ne veulent pas l'entendre,
Et parmi eux le pire est bien l'esprit pédant!
Qui dit "On ne sait rien" mais qui fait le savant,

Etale ses limites pour penser l'univers
Et plongé dans le noir croit porter la lumière,
Qui marchant en aveugle, crie qu'il ne te voit pas
Et que c'est là la preuve que tu n'existes pas !.. .

Qu'il faut chercher plus loin, qu'il y a un ailleurs
Et bien plus à comprendre pour l'homme supérieur !,
Que celui qui te prie le ferait par faiblesse,
Ou que seul l'impie connaitrait l'allégresse...

De ces espaces libres à qui ne se soumet
Et que de ne pas croire en serait le sommet !
Ah! pourtant s'ils savaient la force que tu donnes
A celui qui te prie et en Toi s'abandonne !..
..
Qui seul peut marcher seul, t'ayant à ses côtés
En divine boussole pour ne plus s'égarer,
Ne plus jamais confondre le vrai avec le faux,
Le jour avec la nuit, le laid avec le beau...

Distinguer l'apparence de la réalité...
Car il faut peu souffrir pour ainsi raconter
Que douleur et plaisir sont une même chose!
Ou que la folie vaut que l'on prenne la pose...

Quand elle n'est que souffrance et le vrai fou le sait,
Qui subit son errance de ne T'avoir trouvé...
Célébrer son désordre et croire y voir un sens
Quand il n'est que la marque de ta divine absence...

Vois celui qui se rit quand pour Toi on se baisse,
Se hisser aux sommets d'où il tombe sans cesse,
A se croire plus fort, l'impudent devient fou !
Ou ment qu'avec le temps, un jour on n'aime plus...

Tant le doute est poison pour qui trop le vénère,
Fait perdre la raison ou laisse un goût amer,
Et la fin de l'histoire, l'incroyant la sait bien,
C'est qu'à ne vouloir croire, on ne croit plus en rien ;

Ah! il faut la vouloir, chérir la vérité !
Pour qu'un jour elle se montre dans sa nudité :
Plus besoin de mesures pour calculer à l'aûne
De nos maigres savoirs les frontières du monde,

Ni de ces philosophes et leurs balbutiements
Qui peinent à cerner le moindre sentiment...
Et quand on l'a trouvée, apprendre à s'y soumettre !
Tant plus fort est celui qui sait choisir son maitre ;

Mon esprit est sauvage plus qu'ils ne le seront !
Mais c'est de ne pas croire qui serait déraison
Pour qui connait Ta loi, voit qu'elle s'applique en tout,
Comme à celui qui croit, ne croit pas ou a cru...

Point besoin de surhomme !, il faut juste être un homme,
Et pour cela ouvrir à son coeur son âme...
Le mécréant rira que ça n'est pas assez,
Pourtant pour qui Dieu cherche, c'est là qu'il faut chercher...

S"il y a mille textes il n'est qu'un seul chemin,
C'est de faire en conscience ce qui nous parait bien,
Qu'importe nos erreurs ! et que l'on croit ou pas,
Car tout est dans le coeur et c'est là que Dieu voit...

Là, la clef du royaume, le "sésame ouvre toi",
Le coeur de toute chose qui dans ce monde bat...
Le sait qui un jour a, par Ta grâce senti
Derrière tout ce qui est, la suprême harmonie...

Derrière le laid, l'horreur, ce qu'on ne comprend pas,
La juste raison d'être, y compris du combat !
Dont l'issue T'appartient et si souvent fatale
Que d'aucuns croient le bien plus faible que le mal..

Mais pour qui a la foi, elle renverse tout !
Comment faire comprendre sans être pris pour fou,
Que pour qui T'a trouvé, ici-bas tout a sens
Et qu'il n'est pas d'erreur à nos pires souffrances...

Le poète est plus près de Toi, comme la bête,
Qui se laissent guider quand ta voix les pénètre,
Comme le font l'enfant ou le simple d'esprit,
Qui croient en ce qu'ils sentent et sans douter s'y fient ;

Oui mon Dieu, je leur dis, devant Toi je m'abaisse
Et me grandis ainsi malgré ma petitesse,
Nous sommes tous mortels, l'auraient- ils oublié ?
Même si dans le ciel nos étoiles ont brillé...

Dis moi comment leur dire qu'il ne sera jamais
Besoin de tant s'instruire pour trouver ton secret,
Car quelle folie, mon Dieu, que de penser ainsi

Et croire que l'Amour est affaire de nantis...




Beatrice EL BEZE (poèmes protégés à la SGDL / avr 2014)

* Voir mon affaire et l'horreur de ce que je subis, sur la page d'accueil, ici : 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article