Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Béatrice EL BEZE - BLOG  - Victime de méthodes criminelles monstrueuses (voir l'affaire) dont Assassinat progressif ("slow kill") en cours par Torture Electronique (=brulée vive par micro ondes)  via le suppôt du lobby judéonazisioniste Nicolas SARKOZY, actif dans l'ombre, réélu ou pas...

(fév 2014) "Béatrice EL BEZE persécutée par l'état pour délit d'opinion et de rebellion"

7 Février 2014 , Rédigé par Béatrice EL BEZE Publié dans #articles politiques

003545  

Article du 07 fév 2014 relayé par Alain Benajam, président Reseau Voltaire France  cliquer : Béatrice EL BEZE persécutée par l'état pour délit d'opinion et de rebellion 

inszert de nov 2015.. cet article  a été supprimé  en octobre 2015 par Alain Benajam (qui  m'a trahei gravement dès mai 2014 sur pressions/ voir ses mails  )  de son blog où il était publié depuis  fév 2014..    ..

 

 voir le copié collé entier de l'article plus bas sur cette page !!!.

 

extrait :  

"Le Réseau Voltaire et moi-même avons décidé d'apporter un soutien politique et juridique à Béatrice dont l'histoire extraordinaire m'a beaucoup touché, je lui laisse la parole. " ...

 

«Parce que j’ai parlé de «lobby juif », moi Beatrice EL BEZE, issue de la communauté juive … » ....."   (( voir courriers politiques publiés à mon nom  dans JAL fin 2002 , et  raison et début  de toute  l'affaire, en cliquant   ici  

 

*QUELQUES DOCUMENTS preuves de mon affaire, en cliquant ICI   

 

 mes remerciements :

   " MERCI MILLE FOIS !  à ALAIN BENAJAM (Président Réseau Voltaire France)   et au RESEAU VOLTAIRE (Président, Thierry MEYSSAN) .... pour cette aide politique et juridique inespérée dans mon affaire ! (pour comprendre voir lien) .... que je vous dois ... et dont je mesure, après onze ans de combat solitaire (c'est à dire sans relais)  l'importance capitale .... . c'est dire si votre aide et celle du Réseau Voltaire pour faire savoir enfin, me touche (et même me fout les larmes aux yeux..) en mon nom et au nom de mon père ... et au nom de toutes les victimes silencieuses..... de ces méthodes monstrueuses qu'on peut qualifier de "nazisionistes"  ; quoi qu'il m'arrive dorénavant (car rien n'est fini dans ce que je subis, au contaire ..) j'ai  déjà gagné une belle part du combat, grâce à votre solidarité et à votre courage..... et cela je ne risque pas de l'oublier."   B.E   (07 février 2014) 

____________________________________________________________

 

 *pour voir ma situation actuelle et ce que je subis, Voir  la page d'accueil du blog  :

extrait copié copié collé :

Ma situation actuelle (pour me faire taire) : des méthodes nazies ! :... privée de sommeil... et "brulée" non stop 24 /7 par torture électronique ..  d'intensité atroce  durant certaines heures, en représailles ...mas plus je serai torturée plus je ferai savoir! /lire détails plus bas...

 

J' ACCUSE QUI ?  :  très clairement le nazisioniste Nicolas SARKOZY !(et les siens)  dans l'ensemble de ces méthodes monstrueuses et criminelles  (menées atrocement jusque sur mon père après moi / lire l'affaire) incitées et couvertes par lui, Sarkozy! dès le début de mon affaire fin 2002.. et poursuivies officieusement à ce jour encore (via son réseau criminel et ses "pions" toujours présents au sein de l'appareil d'Etat et notamment de la DCRI) où je suis horriblement torturée 24 /7, pour me faire taire, en effet  : 

*Pour info:  Mon affaire, débutée fin 2002 et toujours en cours, et  à laquelle s'ajoute depuis le 12 nov 2013 la torture électronique /lire plus bas),  illustre parfaitement les méthodes monstreuses et criminelles incitées et couvertes par l'ultra sioniste Nicolas SARKOZY (et les siens)... - impliqué nommément par courriers adressés à lui en mon soutien par des responsables politiques ou professionnels (notamment dès 2006 / voir lien affaire) -   ..  (Sarkozy) qui était ministre de l'Intérieur dès 2002 (date du début de mon affaire) puis Président du Conseil Général des Hauts de Seine (où j'habite) de 2004 à 2007...  puis Président de la République de 2007 à 2012 ... et à ce jour nombre de ses "pions" sont toujours en place que ce soit dans les services du Ministère de l'Intérieur..  ou dans le réseau mis en place entre autres dans le 92, son fief et "laboratoire expérimental" (je le cite) dès 2002

  ... et ce que je subis notamment depuis le 12 nov 2013, à savoir la "torture électronique"  24/7 (voir plus bas)...   -  après avoir été internée arbitrairement en juillet 2013 pour me faire taire sur mes plaintes en cours et sur toute mon affaire  -  ... est considéré comme "assassinat progressif ciblé"... et souvent comme phase finale du "harcèlement cirminel en réseau" qu'illustre parfaitement mon affaire via la collaboration des administrations sur consignes dès fin 2002 (Sarkozy était déjà ministre de l'Intérieur..) et ensuite ; de plus dans mon affaire on connait les raisons de ce harcèlement en réseau criminel, uniquement lié à mes opinions politiques publiées (dès fin 2002)  et donc à mon antisionisme ... ; "assassinat ciblé" qui serait peut être déjà achevé si je n'avais pas réapparue début 2014, avec un soutien providentiel depuis, sur l'espace  public ; ces technologies de pointe (microondes ciblées à distance 24/7 pour "brûler vif " et torturer atrocement et ainsi assassiner plus ou moins vite une cible sans laisser de traces (= crime parfait), requièrent une haute technologie de pointe qui ne peut être qu'aux seules mains de la défense militaire et de certains services secrets liés au Ministère de l'Intérieur  (où certains membres peuvent tout à fait être toujours officieusement aux ordres de Sarkozy , actif dans l'ombre comme on le sait, via ses "taupes" et son réseau, pour "nettoyer" les affaires où il est impliqué ...) "....   Lire la suite ;.

 

------------------------------------------------------------------------------------------     

    ci dessous copié collé du lien de l'article de Alain Benajam / Président Réseau Voltaire ... 

_____________________________________

 Vendredi 7 février 2014 5 07 /02 /Fév /2014 15:25

Le Réseau Voltaire et moi-même avons décidé d'apporter un soutient politique et juridique à Béatrice dont l'histoire extraordinaire m'a beaucoup touché, je lui laisse la parole

 

 

Beatrice-El-Beze.jpg

«Parce que j’ai parlé de «lobby juif », moi Beatrice EL BEZE, issue de la communauté juive … »

 

Courant 2002, différents courriers politiques (ainsi qu‘un poème « Le rebelle») sont publiés à mon nom dans Jeune Afrique l’Intelligent (je parle de «lobby juif» dans l’un, un autre est titré par JAL : «Quand les juifs alimentent l’antisémitisme »… ). Nicolas SARKOZY est alors déjà ministre de l’intérieur… La suite, qui est une pure escalade dans l’horreur en raison de ma résistance imprévue, illustre les méthodes incitées et couvertes, dès lors et ensuite, avec la collaboration des administrations.

 

Ainsi, dès fin 2002 : privation de sommeil par harcèlement nocturne technique au logement sans relâche et réitéré d’un logement à l’autre (témoignages de tiers à l’appui dès le 25 nov 2002) avec en parallèle diffamations locales, provocations, traque en psychiatrie et menaces d’enfermement (proférées dès début 2003 par la commissaire de Saint Cloud : « je vais vous faire enfermer » (!)) … puis dès le 23 décembre 2004 embarquement menottée à l’hôpital et menaces d’internement faites le lendemain par le commissaire de Nanterre, sans dossier médical ni justification (je porte plainte).

 

Dès 2006… - date charnière en raison des courriers adressés à N.SARKOZY en mon soutien par mon directeur de laboratoire à l'université (où je suis adjointe technique) et par le secrétaire national du syndicat SNPTES, puis par des politiques (LCR, N.MAMERE) - … l’affaire atteindra dès lors ma famille, et cela pour tenter de faire diversion sur mes accusations de «psychiatrisation politique». Ainsi ma mère, instrumentalisée, m’appellera en juin 2006 pour me dire qu’elle va «(me) faire interner avec l’aide de la police » (!). Je décide alors de récupérer au TGI une copie du dossier en justice sur mon placement à la DDAS (à 16 ans et demi) et découvre le rétablissement de fait des droits parentaux déchus de ma mère (pour violence physique à mon encontre depuis l’enfance). Je porte plainte avec à l’appui les attestations de mes oncles et tante maternels, avec lesquels je me suis aussitôt remise en contact dès juin 2006. Je recontacte en même temps mon père (myopathe de longue date) qui m’annonce alors qu’il est maintenu contre son gré (!) dans un établissement médical depuis peu ; je l’informe de toute ma situation qu’il comprend très vite et là tout s’accélère ….

 

Mon père, que je vais voir fin aout 2006 sur place (à 650km) et qui est comme d’habitude très intelligent, aura un dossier psychiatrique (avec les termes «démence frontale ») vite fait à Leyme dès le 8 septembre 2006, soit à peine deux mois après que je l‘ai recontacté et informé de toute ma situation («Moi vivant, on n’internera aucun de mes enfants !» voilà, entre autres, les propos courageux de mon père.. ) - … puis il sera affublé d’une «maladie juive génétique très rare», diagnostic fait a posteriori et en ces termes en mars 2007 au CHU Rangueil Toulouse, pour expliquer son état physique soudainement atroce début 2007, à la suite de son embarquement aux urgences quatre jours après ses accusations de faux dossier psychiatrique…. Il arrivera pourtant à réitérer lucidement ses accusations devant ma tante et moi à l’hôpital (le 02 avril 2007) où il confirmera aussi m’avoir appelée à l’aide et qu’on l’a détruit pour le faire taire… Je porte vite plainte mais n’aurais plus jamais le droit de revoir mon père, amputé d’une jambe deux mois après… et décédé 6 ans plus tard, le 19 février 2013. La déposition à la gendarmerie de ma tante (sur les accusations de mon père) sera totalement occultée par le juge dans le traitement de ma plainte pour «mise en danger grave de la vie de mon père»  et moi faite passée pour «folle » … Je ne fais pas appel du non- lieu par crainte pour la sécurité de ma tante…

 

Début 2008, je fais vite un blog pour ma sécurité tous documents à l’appui… Dès la rentrée 2008, suis mise à isolement et sans travail dans une pièce à l‘université de Nanterre et je reçois des convocations psychiatriques auxquelles je refuse de me rendre, car suis faite passée pour une folle « dangereuse pour les autres et pour moi-même », avec « troubles du comportement » par des écrits de la présidence de l’université au comité médical départemental, et ce sans rien à l’appui. Je porte plainte, avec nombre d’attestations professionnelles alors et ensuite … Empêchée de dormir, empêchée de travailler, harcelée (y compris avec menaces de mort), salie partout, au logement, au travail, sur le net (avec entre autres, dès 2008, la série de sites imagés sexuels et racistes, titrés «Beatrice EL BEZE et la paranoïa», faits avec usurpation de ma photo et de mon identité et où on lit entre autres : « je suis juive mais je n’aime pas les juifs ») …  et y compris en justice avec mascarade de traitement de mes plaintes en cours avec partie civile (dont une plainte contre la police pour «embarquement menottée (en 2004) et menaces d’internement (sans dossier médical ni alors ni ensuite) / deux plaintes, l’une contre le Secrétaire Général et l’autre contre la Présidente, de l’université Nanterre , pour « faux et usage de faux, association de malfaiteurs, harcèlement moral grave ») / une plainte pour « falsification de documents officiels en justice »)… Je ne trouverai aucun avocat car tout est muselé : la presse, toutes les institutions et associations (même la LDH) … Pour ma sécurité, je continue de faire savoir ce que je subis, tous documents à l’appui sur mon blog, et de dénoncer la collusion des administrations …

 

jusqu’àu 01 juillet 2013, où là, malgré et à cause de mes plaintes graves (citées ci-dessus ) en cours - et alors que j’ai gagné déjà deux appels seule et sans avocat, l’un en 2009, l’autre en 2012, dans ma plainte en cours contre la police - l’internement arbitraire redouté est exécuté de force, sans aucun incident à l’appui et selon la procédure de « péril imminent » (?!) .. ( suis poursuivie à pieds par deux médecins du travail, un vigile et deux responsables de l’administration qui feront bloquer un train à quai pour m’en faire extraire de force par la police ...).

 

Mise aux soins forcés à l’hôpital et terrorisée car sans aucune aide face à tous les procédés dans mon affaire, je finirai par m’engager, pour espérer échapper au très long internement qu’on me laisse entrevoir sur place (avec petites phrases telles «Elle est là pour des années.. .»), à supprimer mes plaintes en cours, mon blog et mon groupe de soutien (sur facebook, 1200 personnes). Avant ma sortie, un psychiatre me préviendra que si je «reparle de harcèlement par la police ou si je (m)’éloigne de la réalité commune » (?!), «ce sera le retour en psychiatrie, avec injections»… Je penserai alors naïvement qu’affublée désormais d’un dossier psychiatrique (où on lit «délire de persécution»), j’aurais au moins quelque répit … Erreur ! dès ma sortie de l‘hôpital (où je suis restée internée un mois ), poursuite féroce du harcèlement électronique nocturne au logement … Et depuis le 12 novembre 2013 - soit 3 mois après ma disparition de l’espace public - douleurs de «brûlures» permanentes et souvent terribles, principalement à la tête, mais dans le reste du corps (dans la région du cœur) aussi et sur toute la peau et cela 24/7 depuis, avec intensités variables, parfois atroces…(qui m’ont obligée à toutes sortes d’examens, IRM etc…, y compris rendez vous prévu avec une unité hospitalière anti douleur )…

 

Je dirai simplement, pour avoir découvert ces appellations depuis peu, que l’ensemble des méthodes dans mon affaire dès fin 2002 et ensuite («brûlures» récentes comprises) s’apparente à s’y méprendre à celles du «harcèlement criminel en réseau», dont la spécificité dans mon affaire est qu’il serait mené avec la collaborations des institutions et pour seules raisons d’opinions politiques (mon antisionisme) …  « harcèlement en réseau» dont la phase finale est souvent, parait-il, la «torture électronique»… pour «élimination progressive de la cible» …

 

Après l’enfer, l’enfer … 

 

 

 

 

Beatrice EL BEZE (02 février 2014)                                     

****************************************************************************

 L'homme debout

 Connais-tu l'homme debout sur qui l'on se déchaîne ?
 Qu'a t-il fait, qu'a t-il dit, pour qu'on le traite ainsi?...
 Pour qu'à ses mots d'amour, des fous parlent de haine,
 Crient et hurlent à la mort et l'accusent de folie...


 Le bal a commencé, la tragédie humaine
 Des traîtres et des lâches, dénudés, grimaçants,
 Et l'on entend au loin la sale clameur des mêmes,
 Les uns couvrant les autres, unis comme au vieux temps..

 .. Des collaborations et silences complices
 Prompts à se justifier au miroir déformant,  
 Quand leur revient l'image qu'en vain leurs discours lissent
 Pour ne plus avoir l'air de ce qu'ils sont vraiment..

 La danse est à son comble !... les hurlements factices…
 La peur fait taire les faibles au profit des puissants..
 L'homme debout le sait bien, sur qui les crachats glissent,
 C'est la nature humaine et ses plus vils penchants,

     
  Et l'histoire recommence ... un homme porte sa croix,
  On lui jette des pierres pendant qu'il marche seul...
  Il parle pour son père drapé dans son linceul...
  

  La lumière est sur lui ; il connait le chemin.
 

 

Béatrice EL BEZE (poème(s) protégé(s) à la SGDL, / janvier 2009 )

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article