Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Béatrice EL BEZE - BLOG  - Victime de méthodes criminelles monstrueuses (voir l'affaire) dont Assassinat progressif ("slow kill") en cours par Torture Electronique (=brulée vive par micro ondes)  via le suppôt du lobby judéonazisioniste Nicolas SARKOZY, actif dans l'ombre, réélu ou pas...

Sur les traces de l'humain.. ou les interrogations d'un bobo nanti protégé ....

11 Octobre 2015 , Rédigé par Béatrice EL BEZE

Sur les traces de l'humain..  ou les interrogations d'un bobo nanti protégé ....

Yann Arthus Bertrand, spectateur .. simple spectateur de la misère et de la violence du monde... trie, pour valider son propre propos et ses propres limites, les propos de certains qui parlent de la violence et de la guerre

                                                           ***************************

Pourquoi ce texte critique qui suit, de ma part ?... eh bien parce qu'après avoir vu deux des documentaires de Yann Arthus Bertrand intitulés "Sur les traces de l'humain", j'avais envie de le dire... pour le petit Youssef, pour les russes au combat, pour moi ...

                                                         ******************************

*possibles fautes de frappe dues à ma mauvaise vue et très grande fatigue..)


"Sur les traces de l'humain " sur Fr 2/., .un documentaire de Yann Arthus-Bertrand..... ou les interrogations d'un "bobo" spectateur nanti et protégé ..

...qui s'interroge dit il, et "veut comprendre "comment on passe de l'amour à la haine",(je le cite) ; je pourrais lui répondre, moi, (voir aussi mon poème plus bas ) mais sans tout ce fatras moralisateur mal compris (de sa part) qu'il dit parce que justement il ne sait pas . Dans ses documentaires on sent l influence bouddhiste, " la  non violence blabla " . - bouddhisme qui n'empêche pas la violence de la société indienne soit dit en passant... et non violence, bel idéal mais qui reste inefficace devant la barbarie  -  Yann Arthus-Bertrand est bien un nanti protégé, avec légion d'honneur (remise par Sarkozy),médaille du mérite ,etc, qui s'interroge... mais il ne sait pas, il ne se bat pas ... alors il mélange tout dans son reportage: la haine intrinsèque du méchant et la haine de l'injustice qui pousse au combat et il n'en distinguer pas même les fondements différents et les conséquences différentes. Il ne voit et dénonce que le fait de tuer; Et pourtant "merci !" aux russes de tuer actuellement les assassins de Daesh et les terroristes formés par la CIA qui mettent la Syrie à feu et à sang  .Les syriens patriotes, les cubains et nombre de citoyens dans le monde actuellement disent à juste titre "merci !" aux russes et à Poutine pour ses frappes aux cotés d'Assad, car il n'y malheureusement que cela pour arrêter la barbarie.

.

 yann Artus Beertrand  : " il (Youssef) n'a plus d'amour en lui" ...

...et parce qu'il ne s'interroge pas assez loin yan Arthus Bertrand mélange encore tout : .un enfant syrien de 12 ans, Youssef, qui veut venger son père et son oncle assassinés devant lui .. et un homme devenu fou qui prend plaisir à tuer  ; Yann Arthus-Bertrand dira à propos de l'enfant, le petit Youssef, cette phrase si fausse et si injuste (qui m'a heurtée et donné l'envie d'écrire cet article) : " il n'a plus d'amour en lui"...sauf que c'est faux !, je le vois, moi cet enfant (qui est montré et qu'on entend dans le documentaire) et il a de l'amour en lui, tellement d'amour !, qu'il n'a plus peur... et peu importe de quel côté il est... cet enfant qui dit ne plus avoir peur même s'il doit être égorgé, a tout l'amour qu'il faut pour ne songer qu'à venger son père sans avoir peur de mourir à son tour, puisque, dit il, il rejoindra alors son père. Comment peut on ne pas entendre ces mots remplis d'amour ? ,Cet enfant, j'en parle parce c'est aussi moi devant mon père martyr... Youssef devrait -il rester indifférent (devrais je rester indifférente ?) à ne rien faire, à ne rien vouloir faire pour venger son, père ?? .. cet enfant vit la guerre, il réagit en guerrier... je vis aussi la guerre et je réagis en guerrière (moi avec mes mots mais en pensée je tue sachez le !).... cet enfant a vu le mal en face, il veut le combattre ...moi aussi je vois le mal en face et le subis gravement et jusque dans ma chair jour et nuit (par torture / voir lien en bas) jusqu'à la haine..  et je veux et je sais que je dois le combattre autant que je le peux... alors je comprends cet enfant, que Yann Arthus Bertrand ne comprend pas ; il appelle ça "vengeance", "manque d'amour" ...mais autrefois cela s'appelait le "sens de l'honneur", "le sang lavé "..et il y faut du courage ;.... cela s'appelle aussi souvent en temps de guerre :le "patriotisme",  et il y faut du courage, celui du soldat ;..cela s'appelle aussi "la résistance" et il y faut du courage, infiniment de courage.!.. et de l'amour, beaucoup d'amour, pour avoir ce courage là.

C'est toujours l'intention derrière l'acte qui compte et non l'acte seulement ; ainsi les raisons de tuer peuvent aussi,notamment en temps de guerre, être louables.

 

L'éloge du soldat

Le "pardon", la "non violence", sont les leitmotiv dont Yann Arthus-Bertrand , comme beaucoup  de " bien pensants" et de bobos souvent de gauche mais pas toujours,, s'abreuve .Mais le pardon a une heure et doit arriver en son temps et en son heure ...et en temps de guerre, rarement avant le combat .. cela non plus il ne le comprend pas....car le combat, yann Arthus Bertrand semble ignorer ce que cela veut dire ;..il ne cesse d'ailleurs de dire :" je ne sais pas ce que j'aurais fait à sa place, si j'avais vécu et subi la même chose " ...mais il se permet pourtant de culpabiliser et montrer du doigt ceux qui donnent la mort à d'autres comme si c'était là l'acte suprême d''inhumanité et de manque d'amour ;  sauf qu'il ne connait pas guerre, il ne connait pas la persécution,  il les regarde en spectateur, c'est tout.., et du coup il ne connait pas le guerrier, le cœur du guerrier qu'il prétend sonder.

Les résistants qui hier donnaient leur vie pour défendre leurs compatriotes étaient respectés. Personne n'aurait eu l'idée de leur demander de pardonner avant l'heure  ou de leur reprocher d'avoir tué des êtres humains ; mais dans la bouche de yan Arthus Bertrand, par son reportage, ils sont de fait condamnés puisqu'ils ont tué ... et ont donc été "incapables de pardonner" ?;....pourtant s'ils n'avaient pas été là, s'ils n'avaient pas tué l'ennemi - qui lui tuait !, - où en serions nous aujourd'hui et combien davantage de morts innocentes ?.
.

De la nécessité du combat

Combattre et même tuer, ne signifie pas ne pas aimer, loin de là, car parfois et souvent la mort fait partie du combat; .ainsi le soldat qui affronte la mort et donne la mort, pour son pays ,est hautement humain, car il sauve ainsi d'autres vies. Le combat est souvent inéluctable si l'on ne veut pas voir d'autres vies et la notre, assassinées sous nos yeux et en être responsables par inaction et lâcheté .

Depuis le temps des esclaves jusqu'à l'homme d'aujourd'hui tout n'est que combat rendu nécessaire car la terre n'est pas le paradis, ni le règne du bien et du bon .mais souvent et pour beaucoup elle est l'enfer,un pur enfer.

Yann arthus Bertrant parle aussi dune victime qui rencontre son bourreau bien des années après et ils deviennent amis, mais outre que c'est longtemps après  cela n'est pas la règle, car les bourreaux font d'autres victimes entre temps si on ne les arrête pas...

mais c'est apparemment ce que Yann Arthus Bertrand, bien protégé, n'a toujours pas compris..
.

Beatrice EL BEZE.  (09 octobre 2015)                                            

Voir l'horreur de mon affaire (Résumé et Documents à l'appui) et tout ce que je subis (en raison de mes opinions politiques antisionistes (cliquer) publiés dans JAL à mon nom en 2002) sur la page d'accueil ICI : et ma situation actuelle  pire que jamais en cliquant ICI)*

 * pour info, je survis avec ce  blog fait pour ma sécurité tous documents à l'appui, isolée et affublée d'un faux dossier psychiatrique (procès  est en cours avec avocate) et détruite physiquement jour et nuit, torturée  (= brûlée jour et nuit par l'horreur de la  torture electronique 24/7= assassinat tprogressif)  et privée de sommeil et repos à mon logement hlm F2 par harcèlement criminel  délibéré par la police de nanterre via ses indics locaux (avec appareil qui vibre jour et nuit très fort, depuis le 25 mai 2015 et me démolit aussi la colonne vertebrale de plus en plus gravement par les vibrations quand je tente de me reposer allongée.la nuit .)

-------------------------------------------------

"Divine haine" (poèmes protégés à la SGDL/ mars 2015)

moi.. (photo choisie car elle illustre  très bien un des vers de mon poème " Divine haine"

 

, ma réponse en poéme  .(écrit en mars 2015)  ..

 


Divine haine


A toi qui me parles de haine,
Sache que c'est bien pire que ça !
Implacable est ce qui me mène,
Me donne ce courage là ;

A toi qui me parles du mal,
Sais tu ce que mes bourreaux font ?
Bien plus humain est l'animal,
Bien moins cruel qu'ils ne le sont !

A toi qui dis vouloir comprendre,
Qu'attends tu ? je n'ai rien caché,
Mon calvaire va te surprendre,
Ose donc un peu l'affronter !

Mais tu ne retiens que ma haine
Qui, dis tu, est le diable en moi,
Ne te fatigue pas, vermine !
J'irai jusqu'au bout, diable ou pas...

Car il n'est pire que la mienne,
C'est un condensé dur et froid
Qui me transforme en bombe humaine,
En vraie kamikaze au combat !

Tu peux remballer ta morale,
Et tous tes sermons mal compris,
Les tiens et toi auront du mal
A dire mieux que moi qui je suis ;

Non seulement j'aime ma haine,
Mais sache qu'en plus je maudis !
Mes bourreaux sans que ça me gène,
Devant Dieu qui m'entend aussi...

Ma haine et moi, on est amies,
Quoi qu'on en dise, elle vient du cœur,
Dans le pur enfer que je vis,
Elle me soutient aux pires heures ;

Ecoute bien ce que j'en dis -
Qu'au diable tu répèteras -
Si aujourd'hui je suis en vie,
C'est à ma haine que je le dois !

Elle est mon instinct de survie,
Je me réchauffe à sa chaleur,
Y puise ce courage qui
Me relève et me fait honneur ;

Mon oeil gauche a vu le bon Dieu,
Mais mon oeil droit, lui, voit le diable,
Pas question de baisser les yeux,
Ma haine est ma cotte de mailles !

Ne la compare pas, vermine !
Tu confonds le mal et le bien,
Ce n'est pas la haine le crime,
Mais ce qu'on en fait, d'où elle vient...

La mienne est juste, elle est divine !
Dieu l'a taillée juste pour moi,
Pour que tout au fond de l'abîme,
Je remonte et parte au combat !

Tu vois, on est loin de la tienne,
Comme ton cœur est loin du mien,
Nos haines en rien ne sont les mêmes !
Et Dieu reconnaitra les siens.

C'est par les mots que je péris
C'est par les mots que je me sauve,
Dans mes larmes et mon sang j'écris
Ce que personne d'autre n'ose,

Il faut connaitre la torture,
Vivre son horreur chaque jour
Et endurer ce que j'endure
Pour bien dire la haine et l'amour.


Beatrice EL BEZE (poèmes protégés à la SGDL/ mars 2015 )

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article